Newsletter

LES FINITIONS ET DÉCORATIONS DES MOUVEMENTS HORLOGERS

Vous avez peut-être déjà entendu parler de « Côtes de Genève », « Perlage » ou encore « Soleillage », sans jamais vraiment savoir à quoi cela correspond. En horlogerie, ces termes désignent des finitions ou des décorations que l’on retrouve sur le mouvement d’une montre. Mais il en existe encore bien d’autres. L’équipe Horel vous emmène à la découverte de celles-ci.

DES FINITIONS DE MOUVEMENTS ESTHÉTIQUES OU FONCTIONNELLES ?

Les maitres horlogers mettent un point d’honneur à réaliser des finitions ou des décorations de très haute qualité sur les minuscules composants d’un mouvement, quand bien même ils demeureraient cachés. Pur souci d’esthétisme et d’excellence ? Pas seulement. Historiquement, les premières finitions sont apparues pour éviter aux horlogers la gêne occasionnée par les reflets de lumière lors de l’assemblage du mouvement. Ainsi est né le perlage qui rend mate la surface brillante, permettant de travailler avec plus de précision. D’autres finitions, comme l’anglage ou le moulurage, jouent un rôle primordial dans le bon fonctionnement et la longévité du calibre.

DES MÉTHODES INDUSTRIELLES OU ARTISANALES ?

Avec l’évolution des machines à commandes numériques, on est capable de réaliser certaines finitions ou décorations sur des pièces de très petite taille. Toutefois, on reste très loin du résultat obtenu par les artisans œuvrant dans les grandes maisons : leur savoir faire et leur quête du plus-que-parfait permet d’obtenir un niveau de qualité inégalable. Ainsi, il n’est pas rare que plusieurs dizaines d’heures soient consacrées par différents artisans pour un seul mouvement ! Ce degré de  finition rend chaque modèle unique et fait la réputation (et les tarifs) des plus grands horlogers. Découvrons plus en détail ce véritable travail d’artiste.

PERLAGE

Le perlage est un décor formé de cercles ou perles se chevauchant légèrement, comme les tuiles sur un toit. On le retrouve principalement sur les ponts et les platines du mouvement. Il s’effectue le plus souvent à la main de façon artisanale, car les machines numériques permettant de réaliser ce travail sont très couteuses et sont donc réservées à la grande série. Pour réaliser cette décoration, composée parfois de plusieurs centaines de perles, l’artisan utilise un polissoir rond monté sur une tête tournante, qu’il appui à main libre sur la surface à décorer, afin de créer des rangées de cercles qui doivent être parfaitement alignés.

CÔTES DE GENÈVE

Les Côtes de Genève ressemblent à de petites «vagues» parallèles façonnées sur une surface métallique. Elles sont présentes sur les ponts, les platines et les rotors. Cette décoration, l’une des plus célèbres en horlogerie, peut de nos jours être exécutée de manière industrielle grâce à des machines semi-automatiques ou à commande numérique. On obtient alors un résultat propre mais « uniformisé », sans la valeur ajoutée du "fait main". Les artisans préfèrent utiliser la règle à dresser, qui vient rayer la surface à décorer selon un mouvement régulier, ou adapter un tampon abrasif sur un tour et guider manuellement la pièce.

SOLEILLAGE & COLIMAÇONNAGE

Le soleillage est une décoration formée de lignes droites allant du centre au pourtour de la pièce, figurant les rayons du soleil. Le colimaçonnage en est une variante, constituée non pas de traits droits mais de légères spirales. On trouve ces finitions sur les roues, le rochet ou la masse oscillante du mouvement. Le cadran reçoit régulièrement ce même traitement, pour apporter de la brillance en jouant avec la lumière. Pour réaliser ces décors, on utilise une meule que l’on fait tourner sur la surface de la pièce, en l’orientant de manière à obtenir soit des lignes droites passant par le même point, soit des traits en forme de spirale.

ANGLAGE

Cette finition consiste à casser l’arrête entre la surface et les flancs d’une pièce, en réalisant un chanfrein à 45° le plus souvent, qui est ensuite soigneusement poli. Outre l’aspect esthétique, cela permet d’éliminer les bavures qui pourraient nuire au bon fonctionnement du mouvement et de limiter la corrosion. Cette technique est très exigeante, afin d’obtenir une surface lisse, de largeur constante et avec des bords parallèles. Aujourd’hui, on peut réaliser un anglage de façon industrielle, mais seul le savoir faire artisanal permet d’obtenir un résultat de qualité au niveau des angles rentrants notamment, au prix de plusieurs heures de travail par pièce.

MOULURAGE

Le moulurage est un chanfrein concave réalisé au niveau des trous usinés dans les différentes pièces du mouvement. Cette finition permet d’ébavurer le métal au niveau des perçages afin d’éviter qu’un copeau ne tombe plus tard et bloque le mécanisme. Pour réaliser cette opération, l’artisan peut utiliser une fraise boule, une fraise conique ou une fraise à roulette, en fonction de la forme à donner. La moulure est ensuite soigneusement polie. Cette finition, d’abord fonctionnelle car simplifiant la mise en place des vis, est également utilisée pour les trous destinés à accueillir les pierres afin de les mettre en valeur.

ÉTIRAGE DES FLANCS

Pour obtenir un bel anglage, la surface du flanc des pièces doit être parfaitement plane et régulière. L’artisan élimine d’abord les marques d’usinage et les bavures des flancs, puis il leur donne une apparence lisse et nette, en utilisant différentes limes. Ces opérations laissent des marques et des stries. Un étirage ou polissage soigné permet d’obtenir une surface unifiée et adoucie. Pour se faire, on frotte un outil abrasif sur les flancs dans le sens de la longueur afin d’obtenir des traits parallèles, ce qui matifie le métal. Cela permet de créer du contraste avec l’anglage poli, et de faire ressortir le contour des pièces.

POLI MIROIR

Le poli miroir, également appelé poli noir ou poli bloqué, représente le plus haut degré de polissage possible. Il ne laisse aucune trace visible, et produit des effets optiques exceptionnels. La lumière ne se reflète plus que dans une seule direction et selon l’orientation, la pièce passe du noir profond au blanc éclatant. Pour obtenir ce résultat, l’artisan frotte lentement la pièce sur une plaque de zinc enduite de pâte de diamant. Cette finition délicate se retrouve uniquement dans la haute horlogerie, car elle demande beaucoup de temps et de savoir faire : compter environ deux heures de travail pour un pont de tourbillon.

GALVANOPLASTIE

La galvanoplastie est omniprésente dans l’horlogerie. Ce processus consiste à déposer par électrolyse sur une pièce métallique une fine couche d’un autre métal (nickel, rhodium ou or) afin de prévenir la corrosion et prolonger sa durée de vie. Ainsi les pièces en laiton, qui ont tendance à se ternir rapidement, peuvent être dorées, tandis que les ponts et les platines peuvent recevoir une fine couche de rhodium pour augmenter leur résistance à l’usure. La surface à traitée doit être préalablement minutieusement polie, la couche protectrice extrêmement fine (quelques centièmes de mm) ne dissimulant  pas les éventuels défauts.

LA DÉCORATION EN HORLOGERIE EST-ELLE UN ART OU UNE TECHNOLOGIE ?

Lorsque l’on observe une montre issue d’une manufacture de haute horlogerie, on peut voir que chaque détail a été pris en considération afin d’obtenir le meilleur résultat en qualité de finition et en esthétisme. Cela représente des heures et des heures de travail, ayant mobilisé le savoir-faire et le talent de plusieurs artisans. On peut dire, comme pour un tableau ou une sculpture, que l’on est devant une œuvre d’art, d’autant plus que le travail fait main rend chaque pièce unique. Pour autant, il ne faut pas oublier la fonction première d’une montre : un appareil de mesure du temps. Un bel esthétisme ne saurait palier un défaut technique, tout comme une belle décoration ne doit pas nuire à la fonctionnalité du calibre. Mais au regard des sommes investies en recherche et développement, des matériaux de pointe utilisés tel le titane ou le carbone, des années passées pour développer une montre intégrant de nouvelles complications, l’horlogerie est sans aucun doute une technologie de pointe. Au final, la haute horlogerie représente le mariage parfait entre tradition et modernité, savoir-faire manuel et techniques ultra moderne, associés dans la quête de l’excellence.

À DÉCOUVRIR AUSSI :